Esthétique du sourire

diaporama1
diaporama2
diaporama3
diaporama4
diaporama5
diaporama6
diaporama7
diaporama8
diaporama9
diaporama10
Dr Bernard BÉNICHOU
Entête du siteAccès page d'accueil
Elena
AccueilCabinet du Dr BÉNICHOUPlan d'accèsFAQQuizzPour vous détendre HonorairesContact
entête du site pour mobiles

Page suivante
Un service de garde est organisé les Dimanches et jours fériés par le Conseil de l'Ordre Départemental des Chirurgiens-Dentistes (01 43 37 51 00).
Vous trouverez les coordonnées du Chirurgien-Dentiste de garde dans votre quotidien régional ou en téléphonant au commissariat ou à la gendarmerie de votre ville.
En cas d'urgence, vous pouvez aussi composer le 15 ou vous rendre au service des urgences dentaires de l'Hôpital de la Pitié Salpétrière (47 Bd de l'Hôpital - 75013 Paris).

Les informations fournies sur ce site sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou le visiteur de ce site) et son professionnel de santé.

0000





bouton ouverture/fermeture du menu
entête page accueil

Statistiques sur les Chirurgiens-Dentistes

rideau gauche coulissant rideau droit coulissant
*** INFO CORONAVIRUS ***
Dans le but d'éviter tout déplacement pouvant présenter un potentiel danger, le Conseil Départemental de l'Ordre des Chirurgiens-Dentistes de Paris a mis en place un système de régulation permettant de traiter les véritables urgences dentaires, les autres soins devant être désormais reportés à une date ultérieure. Afin de vérifier si vous êtes éligible ou non pour bénéficier d'un soin d'urgence chez un praticien de garde, vous pouvez nous contacter par email sur dr.benichou@orange.fr. La réouverture du cabinet n'interviendra qu'après accord des autorités.


Au 1er Janvier 2012, on dénombrait 39 805 chirurgiens-dentistes en exercice pour environ 63 millions d'habitants, soit une baisse de 250 praticiens sur les deux dernières années. Tels sont les chiffres que le rapport de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) a rendu public et ces chiffres n'ont pas beaucoup évolué depuis. Les chiffres de la DREES font état d'une densité professionnelle nationale de 63 chirurgiens-dentistes pour 100 000 habitants. La répartition des Chirurgiens-Centistes sur le territoire devient de plus en plus hétérogène, les agglomérations de plus de 100.000 habitants ayant la faveur de ces derniers. 51% d'entre eux sont installés dans les grandes villes et 1 praticien sur 5 exerce en Île de France. Ainsi certains territoires présentent d'excellents ratios (1 chirurgien-dentiste pour 1.000 habitants), comme c'est le cas en Île de France où le chiffre atteint 137 chirurgiens-dentistes pour 100.000 habitants. A l'inverse, certains départements comme la Manche, l'Orne, les Deux Sèvres, la Somme comptent moins de 40 chirurgiens-dentistes pour 100.000 habitants. Les chiffres de la DREES nous apprennent également que 39,7% des praticiens de l'art dentaire en activité sont des femmes et que l'âge moyen des chirurgiens-dentistes est 48,4 ans. S'agissant de la nature de l'exercice, l'étude confirme, sans surprise, la nature massivement libérale de cette profession (90,5 %). Au total, cette étude de la DREES constitue une base statistique rigoureuse et précise, à partir de laquelle des travaux de projection pourront être envisagés.

Démographie professionnelle des Chirurgiens-Dentistes
Nombre de particiens / 100.000 habitants par département
Source : Conseil National de l'Ordre des Chirurgiens-Dentistes


En moyenne, les charges représentent 65% du chiffre d'affaires d'un cabinet dentaire, soit le taux le plus élevé de toutes les professions de santé. Cela vient du fait que pour pouvoir exercer, le Chirurgien-Dentiste, à l'inverse de bon nombre de professions médicales, a besoin d'équipements et de matériels coûteux. Par ailleurs, 66% du temps passé aux soins conventionnels (détartrages, soins de caries, extractions) représentent seulement 1/3 des recettes. Sans les actes à honoraires libres, la grande majorité des cabinets dentaires ne seraient pas viables économiquement car ils ne pourraient pas faire face à leurs coûts de fonctionnement.

Selon les statistiques de la Caisse de Retraite (CARCDSF) portant sur 37.585 déclarations de revenus (Orthodontie et autres spécialités comprises), le revenu médian avant impôts (IRPP) par Chirurgien-Dentiste s’élevait à 85.040 € en 2017, près de la moitié d'entre eux (46%) ne dépassant pas 79.464 €. Les jeunes installés, âgés de moins de 35 ans, disposaient, en moyenne, des revenus les moins élevés (67.500 €).

D'après de récentes enquêtes, 65% des Français déclarent avoir consulté un dentiste au cours des 12 derniers mois. Lorsque l'on parle de "qualité chez le dentiste", cela évoque, pour le grand public, deux aspects principaux : la qualité des soins dispensés (pour 55% des individus) qui regroupe la qualité du travail, le travail bien fait et efficace, la compétence du professionnel de santé ; les qualités humaines du Chirurgien-Dentiste (pour 42% d'entre eux) qui regroupent l'accueil, l'amabilité, la douceur, l'écoute, la mise en confiance. Les autres aspects sont évoqués de manière plus marginale : l'hygiène est citée par un tiers des interviewés et la prise en compte de la douleur occupe la 4e place (citée par 18% des individus). 82% des Français pensent qu'il est intéressant pour les Chirurgiens Dentistes d'adopter une démarche qualité. On constate à travers ce résultat que le secteur de la santé est, aujourd'hui, assimilé dans son activité, aux entreprises prestataires de services. 47% des Français ayant consulté au cours des 12 derniers mois l'ont fait dans le cadre d'une visite de contrôle. Interrogés sur le type de soins réalisés au cours des 12 derniers mois, 70% déclarent avoir eu un détartrage. Les autres actes déclarés sont des travaux de soins comme les caries avec ou sans dévitalisation (48%), des travaux prothétiques (36%) ou encore des soins des gencives (16%) ; les autres soins cités restent très marginaux. La satisfaction globale à l'égard de son Chirurgien-Dentiste est élevée (89%). 42% des personnes interrogées s'en déclarent "parfaitement satisfaits" et 47% "très satisfaits". 50% se disent prêts à le recommander à des proches et 35% ne chercheraient pas à en changer. Cette satisfaction repose sur deux éléments principaux : la qualité des soins et les relations humaines. L'information sur les coûts est le point faible de la profession : parmi tous les critères de satisfaction, c'est celui qui fait apparaître le plus fort taux de "moyennement" ou "pas" satisfaits (36%). D'un point de vue organisation du cabinet dentaire, la satisfaction est bonne (plus de 80% de patients satisfaits ou très satisfaits). Seuls deux domaines affichent de forts taux de mécontentement : le délai de rendez-vous et l'agrément de la salle d'attente. A la question "Qu'est-ce qui pourrait vous faire changer de dentistes ?", les patients citent deux raisons principales : l'absence de propreté et d'hygiène (56%) et les relations humaines (absence d'écoute, de cordialité ou d'explications sur les soins) (45%). La douleur ressentie lors des soins et la gestion du temps (délai pour la prise de rendez-vous, temps passé dans la salle d'attente) arrivent aux troisième et quatrième rangs (35% et 32%). Pour conclure, si la satisfaction est bonne sur la presque totalité des critères, les niveaux d'attente en revanche demeurent élevés. Les plus fortes attentes portent sur les prix, l'information, l'hygiène et la prévention : la présence de devis écrits sur le montant des soins (59% de patients se déclarant très intéressés) ; les informations sur les prix (56% de patients se déclarant très intéressés) ; des fiches d'information sur l'hygiène et la prévention (51% de patients).

Extrait d'un sondage SOFRES "Les Français et leur dentiste" réalisé pour l'Association Dentaire Française.

 


 Plan du site        Mentions légales

Site conçu et développé par le Dr Bernard BÉNICHOU - Copyright ©2020
15 Avenue de La Bourdonnais - 75007 PARIS (FRANCE)
Téléphone : (+33) 1 53 59 73 73 - Fax : (+33) 1 53 59 73 70


Dernière mise à jour : 07/03/2020

0