Esthétique du sourire

diaporama1
diaporama2
diaporama3
diaporama4
diaporama5
diaporama6
diaporama7
diaporama8
diaporama9
diaporama10
Dr Bernard BÉNICHOU
Entête du siteAccès page d'accueil
Elena
AccueilCabinet du Dr BÉNICHOUPlan d'accèsFAQQuizzPour vous détendre HonorairesContact
entête du site pour mobiles

Page suivante
Un service de garde est organisé les Dimanches et jours fériés par le Conseil de l'Ordre Départemental des Chirurgiens-Dentistes (01 43 37 51 00).
Vous trouverez les coordonnées du Chirurgien-Dentiste de garde dans votre quotidien régional ou en téléphonant au commissariat ou à la gendarmerie de votre ville.
En cas d'urgence, vous pouvez aussi composer le 15 ou vous rendre au service des urgences dentaires de l'Hôpital de la Pitié Salpétrière (47 Bd de l'Hôpital - 75013 Paris).

Les informations fournies sur ce site sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou le visiteur de ce site) et son professionnel de santé.

0000





bouton ouverture/fermeture du menu
Entête de la page

Prothèse fixée

rideau gauche coulissant rideau droit coulissant
*** INFO CORONAVIRUS ***
Le cabinet dentaire a repris une activité normale, avec les horaires habituels et un niveau de sécurisation adapté à la période post-confinement.

Plus d'informations ici

La prothèse fixée est une prothèse unitaire ou plurale, destinée, selon les cas, à renforcer et rétablir la morphologie des dents (facettes et couronnes) ou à remplacer des dents absentes (bridges).

Dans tous les cas, la prothèse fixée prend appui, grâce à un ciment de scellement ou une colle, soit sur des dents, soit sur des implants, à l'inverse de la prothèse mobile, qui prend aussi appui sur la gencive.

La prothèse fixée représente aujourd'hui la solution prothétique la plus recherchée en Dentisterie, du fait d'un confort incomparablement plus grand que celui procuré par les prothèses amovibles (appareils dentaires). Sa durée de vie moyenne est d'une dizaine d'années.

Les matériaux utilisés pour la conception de ces prothèses peuvent être divers, mais on s'oriente de plus en plus vers la céramique, qui restitue plus que tout autre matériau l'aspect d'une dent naturelle. Classiquement, on demande à une prothèse de se rapprocher au maximum des caractéristiques générales de l'organe imité, c'est pourquoi les couronnes et bridges en métal ou en résine sont progressivement écartés des solutions thérapeutiques proposées.


Les inlays-cores

Ce sont des pièces métalliques avec pivot(s), réservées aux dents dévitalisées très délabrées ou de faible volume. Ils ont pour but de créer un ancrage suffisamment solide pour supporter les couronnes ou bridges qui les recouvriront.


Une fois l'inlay-core scellé sur la dent, il offre une sorte d'assise, appelée faux-moignon, sur laquelle sera scellée la couronne elle-même. Autant une couronne ou un bridge présente une durée de vie limitée dans le temps, autant un inlay-core peut être conservé à vie si la racine sur laquelle il prend appui ne subit aucune détérioration ou fracture.


Habituellement, les incisives, canines et prémolaires nécessitent des reconstitutions par inlay-core avant d'envisager la prothèse qui les recouvrira. Les molaires, de volume plus important, peuvent s'en passer si les parois dentaires résiduelles présentent une bonne résistance.




prothèse fixée

L'inlay-core, grâce à son ancrage dans la racine, offre une base
suffisamment solide pour supporter la couronne


Les couronnes

Après avoir dévitalisé une dent, il faut impérativement la couronner pour prévenir toute fracture susceptible de conduire à une extraction, avec toutes les conséquences que cela implique. Il s'agit là d'une règle d'Or dans la profession, afin de préserver au maximum les dents sur l'arcade. En effet, en assurant un sertissage périphérique rigide, la couronne offre la solution de choix pour permettre une bonne cohésion et donc pour éviter la fracture verticale de la dent.

Différentes étapes sont nécessaires pour parvenir au résultat final : la dent est d'abord préparée géométriquement avec une fraise diamantée, afin de lui donner une forme compatible avec l'insertion d'une couronne (tronc de cône renversé) ; ensuite une empreinte très précise est réalisée ; enfin la teinte exacte est choisie en fonction des dents voisines. Après cette étape réalisée au fauteuil, il y a l'étape réalisée au laboratoire, pendant laquelle le prothésiste dentaire confectionne une pièce prothétique sur mesure. Cette étape que nous ne détaillerons pas, est composée, en réalité, d'une multitude d'étapes toutes aussi importantes les unes que les autres et demandant une extrême précision. Cela explique le délai de plusieurs jours nécessaire entre la prise d'empreintes et la restitution de la prothèse terminée. Une fois la couronne terminée, elle est testée en bouche pour vérifier si elle remplit tous les critères requis (occlusion, points de contact avec les dents voisines, teinte, forme, etc.). Ce n'est qu'après cette vérification qu'elle est scellée sur la dent support au moyen d'une colle ou d'un ciment. Habituellement, une gêne est ressentie dans les heures qui suivent la pose d'une couronne, même si elle est parfaitement adaptée, tout simplement parce qu'il s'agit d'un corps étranger et que le cerveau a besoin d'un certain temps pour l'adopter.

Les couronnes les plus fréquemment posées en cabinet de nos jours sont les couronnes céramo-céramiques, qui offrent une esthétique absolument remarquable, les couronnes céramo-métalliques, qui offrent une esthétique tout à fait acceptable pour les molaires et, plus accessoirement, les couronnes full-zircone qui ont l'avantage de ne pas comporter de métal mais qui offrent une esthétique relative du fait de leur opacité. Les couronnes entièrement métalliques sont encore proposées dans certains cabinets, mais, mis à part leur coût très bas qui constitue un avantage certain face à leurs homologues en céramique, elles ne correspondent plus aux standards de notre époque.




prothèse fixée

La couronne est scellée sur une dent préalablement taillée

Les bridges

Leur but est de remplacer une ou plusieurs dents manquantes, en s'appuyant sur des dents présentes ou sur des implants. De manière générale, un bridge est constitué d'un ou plusieurs piliers antérieurs, d'un ou plusieurs intermédiaires (remplaçant les dents absentes) et d'un ou plusieurs piliers postérieurs.

Dans leur conception, les piliers de bridge ressemblent à des couronnes. Il s'agit de "chapeaux" recouvrant les dents sous-jacentes. Les intermédiaires, quant à eux, sont des éléments massifs (pleins), venant au contact de la gencive de la zone édentée. Ces pièces sont fabriquées d'un seul tenant, quel que soit le nombre d'éléments qui les composent. Tout comme pour les couronnes, le matériau le plus utilisé est la céramique, du fait de ses propriétés esthétiques et mécaniques inégalables.

prothèse fixée

Cas le plus simple : "bridge 3 éléments" (2 piliers + 1 inter)


Les facettes

Ce sont des artifices prothétiques en céramique ayant uniquement pour but d'améliorer l'esthétique des dents visibles (incisives et canines) disgracieuses. En jouant sur la teinte, la forme, la position et la taille des dents, elles permettent de redonner un bel aspect au sourire, en limitant au maximum la "mutilation" de la dent. Elles sont réservées aux dents vivantes, peu ou pas délabrées, c'est pourquoi elles ne se substituent pas aux couronnes, qui présentent des indications différentes.

Dans un premier temps, le Chirurgien-Dentiste élimine à la fraise environ 2 mm de matière sur toute la hauteur de la partie visible de la dent, ce qui correspond à peu près à l'épaisseur de l'émail inesthétique que l'on souhaite remplacer. Ensuite, il prend une empreinte des dents qu'il adresse à son prothésiste. Ce dernier confectionne alors une facette en céramique, respectant en tous points les exigences esthétiques de la zone concernée. Enfin, le Chirurgien-Dentiste adapte et colle la facette sur la dent préalablement préparée.



prothèse fixée

La facette : une fine coque en céramique collée sur toute la hauteur de la dent.


Les attachements

prothèse fixée

Exemple d'attachement bouton pression, pouvant être fixé aussi bien sur
une racine de dent naturelle, que sur un implant. Lors de l'insertion de
la prothèse mobile, les parties mâles et femelles s'emboîtent et assurent
une très bonne rétention de l'appareil.

Ce sont des pièces prothétiques un peu particulières destinées à améliorer considérablement la tenue de prothèses amovibles partielles ou complètes ("appareils"). Employant le principe mécanique du bouton pression, les attachements fournissent une alternative intéressante au classique crochet métallique, en étant moins traumatisants pour la dent support et en étant totalement invisibles. Il existe différents types d'attachements, en fonction du contexte clinique, mais globalement, ils utilisent tous des procédés voisins, visant à stabiliser et à maintenir la prothèse mobile.

Les attachements peuvent être soit individuels (voir la photo ci-contre), soit solidarisés à une couronne ou un bridge. A chaque retrait de l'appareil, une force de traction verticale leur est soumise, ce qui peut, à la longue, entraîner leur descellement. Cet inconvénient mineur est largement compensé par les nombreux avantages qu'ils procurent, tant d'un point de vue confort, que d'un point de vue esthétique, que d'un point de vue préservation des dents supports.


L'inlay-core : un moyen efficace pour sauver une dent à l'état de racine

L'inlay-core est l'infrastructure composée de pivot(s), servant de fondation à la couronne.

Les étapes pour la réalisation de facettes en céramique

Cette vidéo, très schématique, montre le principe de préparation et de pose des facettes dentaires, artifices prothétiques destinés à corriger des défauts esthétiques sur des dents antérieures vivantes (teinte, orientation, forme, dimensions).

Les étapes pour la réalisation d'un bridge de base

Un bridge "de base" comporte 2 piliers et 1 intermédiaire, mais un bridge peut comporter un nombre plus importants de piliers et/ou d'intermédiaires. Il s'agit de retirer l'équivalent de l'épaisseur de l'email (environ) sur chaque dent pilier afin de laisser l'espace nécessaire pour que le bridge prenne sa place sans entraîner de gêne occlusale ou de disgrace esthétique.



 


 Plan du site        Mentions légales

Site conçu et développé par le Dr Bernard BÉNICHOU - Copyright ©2020
15 Avenue de La Bourdonnais - 75007 PARIS (FRANCE)
Téléphone : (+33) 1 53 59 73 73 - Fax : (+33) 1 53 59 73 70


Dernière mise à jour : 26/07/2020

0